Je vous ai souvent parlé de Montréal. Mon 375ème Montréalais, Ma déclaration d’amour à Montréal, Ma rencontre avec Montréal… Ce n’est un secret pour personne, Montréal est l’île où je me sens chez moi. Ma saison préférée, c’est l’été. Et quoi de mieux que des images et de la musique pour vous donner un aperçu de ma ville préférée pendant ma saison préférée ?

Même si tous les mots du monde ne pourront jamais décrire cette ville qui se vit, je tiens à vous mettre en contexte avant le visionnage.

Nous sommes en 2014. C’est mon deuxième été à Montréal. Le premier de Charlotte, qui vient de s’y installer. Et on compte bien en profiter.

Les festivités commencent en juin, avec le festival MURAL, MTL en Arts, les Francofolies… La majorités des shows et manifestions sont gratuits, les journées et soirées sont belles et chaudes, c’est presque tous les jours que nous sommes de sortie. L’occasion de retrouver des amis d’enfance, Set&Match, ou de découvrir des classiques Québecois avec Dramatik. Mais comme si ça ne suffisait pas, nous remportons deux pass pour les trois jours du festival Osheaga, quatre places pour Maxwell, deux places pour Lauryn Hill et Kery James, nous sommes invitées aux concerts de Féfé, Sam I Am, Jjanice+, à La Ronde

Bref, de la chance, c’est certain, et à vrai dire, on commence à être habituées à cette chance, mais ça, ça sera le sujet d’un autre article probablement intitulé de la charmante expression « Le cul bordé de nouille ». Par contre, ce qu’on ne savait pas, c’est qu’on allait passer un de nos meilleurs été à vie.

J’ai filmé, par ci par là. Puis j’ai rangé mes vidéos. Il y a quelques mois, j’ai voulu en faire quelque chose. Alors treize minutes, c’est long, mais en vrai, ça n’est même pas suffisant pour décrire ce qu’est Montréal, en été. J’ai choisi le morceau Montreal de The Weeknd pour habiller mes images. Pour son titre, évidemment, mais aussi parce qu’il l’a écrit à une période où il résidait à Montréal, et qu’il l’a très mal vécu. J’aime le contraste entre les images que j’ai choisi de montrer, et le contexte dans lequel il a écrit ce morceau. De plus, il sample France Gall, chanteuse française, avec son morceau Laisse Tomber Les Filles : clin d’oeil à mon pays d’origine.

Je finirai cet article par une question, simple : que serait Montréal sans ses artistes ?

Et maintenant, voici l’aperçu de ce qui fait ce Montréal que j’aime tant :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.