YASIIN BEY À MONTRÉAL

10 août 2015

Mercredi dernier, Yasiin Bey m’a offert une rose.

Le 30 juillet, j’ai couvert le show de Run The Jewels (pour Camuz), à l’occasion du festival Osheaga. Les premières parties ont été une belle découverte : Bliss N Eso, un groupe Australien, et The Narcicyst, un artiste multi-tâche qui gagne à être connu. Ce dernier a invité sur scène Meryem Saci bien connue de la scène Montréalaise, et… Yasiin Bey! Quelle surprise! J’avais suivi sur les réseaux sociaux qu’il était en ville depuis un moment, mais je ne m’attendais pas à le voir ici.

Limitée à photographier les trois premiers morceaux du show de Run The Jewels, je décide de partir après le quatrième morceau, les lumières et le son commençant à me faire tourner la tête. Nous sommes au Club Soda, à côté de la station Saint-Laurent. Il fait encore beau et chaud, la rue Sainte-Catherine est festive. Je décide de prendre une marche jusqu’au métro Berri, histoire de prendre un peu de ces belles énergies. Au coin Saint-Dominique et Sainte-Catherine, je m’arrête net, et sans raison apparente, me retourne.

Comme un appel du destin, un signe, je me retrouve nez à nez avec Yasiin Bey, qui sort du Club Soda! Sans hésitation aucune, je vais le saluer dans mon anglais approximatif et incertain (j’y travaille, je vous promet, et d’ailleurs Yasiin Bey est une de mes motivations). Après lui avoir serré la main, dit qu’il nous avait fait une bonne surprise ce soir, je lui demande s’il veut participer à mon projet Art is the message, et sa réponse est négative. 🙁

Tristesse au max, je me dis tout de même dans ma tête, qu’il ne réalise pas encore qu’il vient de rencontrer sa future femme, et que de toute façon, on se reverra le 9 septembre à Paris. Blague à part, j’aurai aimé lui dire que ça n’avait pas d’importance, puisque bientôt, nous allions travailler ensemble. Mais ça, mon anglais ne me l’a pas permis. Tant pis, il verra par lui-même 🙂

À peine remise de cette rencontre fortuite, le 3 août, je vois passé dans mon fil d’actualité instagram l’annonce d’un show de Yasiin, le lendemain, au centre Phi! « Happy Birthday! Shut Up! » , le titre de cet évènement, faisant référence à un échange entre un paparazzi et Kanye West, ouvre en fait sur le premier one man show de Yasiin. Oui oui, première mondiale à Montréal s’il-vous-plaît! Au Centre Phi en plus! L’ouverture de la billetterie ouvre le lendemain à 10h, je peux vous dire que j’étais au rendez-vous! Impossible que je rate cette occasion. Je n’ai même pas regardé le prix pour vous dire! Puis après le succès de la soirée, une deuxième date est annoncée pour le lendemain. Inutile de vous préciser que j’y étais une fois de plus.

Le show étant en anglais, évidemment, je n’ai pas tout saisi. Le premier soir, le spectacle a l’air mieux préparé que celui du second soir. Nous sommes debout, la salle est pleine à craquer, nous sourions, sans mourir de rire. Yasiin Bey blague principalement sur le hip-hop, sur le conflit Drake vs Meek Mill et de l’attention que les fans y portent, sur le contrôle de masse des maisons de disque, etc. Il nous parle aussi de la réaction des fans à son égard, que si pour nous ça nous fait bizarre de le rencontrer, c’est encore plus bizarre pour lui, car nous sommes de parfaits inconnus.

Il nous avoue aussi que c’est souvent agaçant pour lui de se faire arrêter dans la rue, ou regarder comme un animal de cirque. Il parle de la beauté naturelle de la femme, de réaliser ses rêves… Il nous fait tout de même passer beaucoup de messages inspirants. Puis, à la fin du premier show, il sort trois livres, et nous lit quelques extraits… Existe-t-il quelque chose de plus sexy qu’un homme qui lit?! En tout cas! Le deuxième soir, il ne nous aura pas fait ce plaisir 🙁 mais au moins, nous étions confortablement installés sur des canapés.

Yasiin Bey avoue que le stand-up est un vieux rêve pour lui, mais que le rap l’a eu avant qu’il ne puisse tenter quoi que ce soit. C’est donc à Montréal qu’il le réalise, et il nous dit en être très heureux. Parfois très à l’aise (on sent que son humour, son sarcasme et son sens de la répartie sont très naturels chez lui), on le sent tout de même stressé à certains moments. C’est un bon début, et j’ai vraiment hâte de voir l’évolution de cette nouvelle corde à son arc.

Et histoire de nous séduire jusqu’au bout, Yasiin Bey offre une trentaine de roses à certaines femmes du public…

Merci Yasiin Bey.