décembre 2016 – janvier 2017
par Jessica Valoise

En juin 2014, j’ai eu l’occasion de co-réaliser sous la direction d’Axel Void, le documentaire « PERSONNE », et cette année, c’est pour l’aider à terminer le montage de son prochain documentaire « POLAND » que je me suis rendue quelques semaines à Miami. En attendant que ce dernier ne sorte, let me tell you a story about Miami, Vice City

Miami Shores, 25 décembre 2016 © Jessica VALOISE

there is always something special in car trips, even if they are short. i think it is like a « madeleine de proust » for me… it reminds me the trips we used to do with my family, all around france, when i was a kid. they are very good memories, and every time i get in a car, as a passenger, i’m feeling little excited and pensive, as if we were leaving for a great adventure.

Mon arrivée se fait sur fond sonore de Nina Simone. Dans la voiture, à la maison sur la platine vinyle… Elle est l’artiste préférée de Nicole, l’amie d’Axel. Comme ce dernier l’avait supposé, nous sommes faites pour nous entendre, et définitivement, je me sens la bienvenue et à la bonne place (Nina est aussi une de mes artistes préférées, et fortement liée à une amie chère).

Miami, en soit, non seulement ça n’est pas très dépaysant, mais ça n’est pas non plus super intéressant – à mon sens. Comme beaucoup d’autres grandes villes d’ailleurs. Et comme beaucoup d’autres grandes villes, Miami se vit, dans son quotidien, avec les gens.

Miami Shores, 26 décembre 2016 © Jessica VALOISE

my godmother gave me the dvd of the movie « rear window » when i was 11. it was my first hitchchock, and i was completely fascinated by the acting, the rhythm, the plot… i think i watched it a dozen times to understand the finest detail clearly. now, when i see a scene like this one, i can’t help but think about this movie, and take a picture of it. just in case, you know.

Miami Shores, 28 décembre 2016 © Jessica VALOISE

the zone. i always enjoy those kind of places, stuffed by lot of tools of creation. it’s a calling for my soul.

Miami Shores, 26 décembre 2016 © Jessica VALOISE

back in the days, brushes saved me from my addiction to video games. i have always something special with brushes, their texture, their movement… each time i use them, i feel like i’m in another time space, or something like a meditation. maybe it’s another kind of addiction but for sure it’s a little bit less noxious. i took this picture because i always take bucket of brushes in pictures.

Miami Shores, 26 décembre 2016 © Jessica VALOISE

J’ai donc passé cette vingtaine de jours entourée d’esprits créatifs menant une existence créative. Ici, c’est moi qui ai pris un atelier de créativité. Chaque jour, tout tournait, malgré nous, autour de la création. Quand l’un se dirige directement vers la batterie dès son réveil, l’autre prend sa plume pour écrire un poème. Quand l’autre commence à peindre une photo qu’il a vu, l’un pianote les derniers accords qu’il a appris. Tout ça, sans but et sans intention finale. Personne ne fait ça pour partir en concert, pour réaliser une exposition, pour poster une photo sur instagram. Chacun crée comme un besoin naturel à satisfaire, comme il aurait besoin de manger ou d’aller aux toilettes. La création est ici une fin en soi, elle est la nourriture de l’âme.

« Nous naissons tous fous avec une vie pour guérir
Tant qu’une belle vérité reste à conquérir
Trouver l’idée qui marche deux cent ans
L’impression de le faire en plaisantant
Acceuillis comme des clowns pas drôles
À la profonde parole des puits de pétrole
Avant que la fortune soit subite
Tous les génies étaient stupides »
– Artiste, Oxmo Puccino

J’ai beaucoup apprécié ce retour à l’authenticité, au naturel, au « faire les choses pour soi », sans objectif de performance, de réussite ou de show off, indispensable à mon sens lorsqu’on devient professionnel dans ces domaines. L’authenticité est une notion que nous avons beaucoup abordé avec Axel. Être authentique et cohérent, est selon nous indispensable lorsqu’on est artiste. Mais ça n’est pas évident car la vie en elle-même est un paradoxe, une dualité. Pour être authentique, il faut savoir se détacher de la société dans un premier temps, c’est-à-dire se détacher du regard et du jugement des autres. Réfléchir à la raison pour laquelle on fait telle ou telle chose : si personne ne me regardait, si personne ne savait que je faisais ça, est-ce que je le ferai toujours et de la même façon? Être cohérent, c’est réfléchir à l’impact de chacune de nos actions, réfléchir aux conséquences, et c’est s’assurer, au maximum et du mieux qu’on peut, que ces conséquences, et donc nos actions, sont en accord avec nos valeurs.

L’authenticité et la cohérence, c’est aussi une affaire d’opinions subjectives, puisqu’elles sont définies selon nos propres croyances, elles-mêmes définies par notre culture et nos expériences. Vient alors la notion de vérité.

Ma vérité, ma réalité, ma croyance, ne sont vraies que de manière subjectives, et pour ma part, j’ai toujours un pourcentage minime de doute. Par exemple, nous avons eu une discussion sur les aliens. Qui y croit, qui n’y croit pas? Dans ce genre de discussions, et de manière générale, je n’aime pas qu’on m’impose un point de vue. Si je crois en quelque chose, je vais défendre mon point de vue en exposant mes arguments et les raisons pour lesquelles j’y crois. Cependant, je n’exclu pas une croyance opposée, et je laisse un 0,01% de « pourquoi pas? ».

Pour en revenir aux aliens. J’y crois. Sans doutes. Je ne peux pas réellement donner d’arguments, mais plutôt parler d’expériences non vérifiables et difficilement interprétables par la raison, et de ressenti. Cependant, si demain une explication s’impose face à moi et me dit que tout ça est faux, je n’aurai pas de problème avec ça. Mais là, j’y crois, et je conçois que d’autres n’y croient pas. Et malgré des « preuves scientifiques », nous ne pouvons parler que de suppositions pour le moment. Axel lui, n’y crois pas vraiment, mais n’exclu pas l’existence d’autres formes de vie. Cependant, il ne croit absolument pas qu’ils nous aient visité ou qu’ils le planifient, et trouve cette pensée très égocentrique. Or, je pense que si tel est le cas, ils auraient très bien pu tomber sur la Terre par pur hasard, tout comme nous découvrons des planètes par « hasard » ou exploration. Enfin, deux de ses amies y croient, indéniablement et sans l’ombre d’un seul doute. Parce qu’elles ont vues des vidéos sur youtube et lu des documents de la NASA, elles pensent qu’ils veillent sur nous et protègent notre planète. Sans aller jusqu’à cette supposition, l’argument des dossiers confidentiels de la NASA et de leurs équipements inaccessibles au grand public interpelle.

Quoi qu’il en soit, cet exemple est là pour montrer qu’on peut tous avoir des opinions différentes et se les exposer, sans vouloir les imposer à l’autre, et sans tourner au ridicule ce que l’autre dit ou alors prendre pour vérité absolue sans réflexion ce que l’un dit. Et tout cela pour dire que, l’important, c’est d’être en accord avec sa vérité, et donc être cohérent, et donc, authentique.

Miami Shores, 26 décembre 2016 © Jessica VALOISE

« Art to me is crafted expression of oneself. It’s the informer of the present and future for understanding the past. It is for changing and challenging the audience perspective on the world. » L.E.O., 24

Miami Shores, 30 décembre 2016 © Jessica VALOISE
Miami Shores, 30 décembre 2016 © Jessica VALOISE

« Art allows me to breathe, it enables me to think outside of the parameters of society. Arts excites and intrigues me, it compels me to be in the same space as it, making me different. I am an arts practitioner, I love to encourage others about art. I believe art is not exclusive for the talented, but art is found in everyone. Art is the expression of the soul; it allows us as humans to connect beyond the physical. It calls us to be better, to examine the social structures in communities we live in, art gives us all a voice. Nina Simone is one of my favorite artists, she encapsulates the duty of an artist brilliantly. « You can’t help it. An artist’s duty, as far as I’m concerned, is to reflect the times. » I try to live by Nina’s quote, to be reflective, to expand and develop my art practice in order to impact others around me peacefully and creatively. » Nicole, 25

Miami Shores, 29 décembre 2016 © Jessica VALOISE

« To me art is an effect. Something happens in the world, in your life or in general and art is the result. I feel like my entire life is art… I can’t help it… I wake up, look in the mirror and my physical person already is already a work of art itself. I paint, I draw, I model, I sing, make clothes, crafts all of it… Breathe, sleep and eat art, I don’t even know what my life is without it… I’ve always been submerged in this style of life born into it… Art is an escape, art is my remedy, art is my comfort, my insecurity, my life.. I don’t really know what else to say about it haha I love and am in love with art… I date artists, I’m the daughter and grand daughter of artists, it’s really all I’ve ever known of life and all I want to know… » Jasmine

Miami Shores, 31 décembre 2016 © Jessica VALOISE

« What is the meaning of art to me…? That’s a tough question. Haha! I would say that art is times way of documenting us. Not sure if that makes much sense, but when we are creating something, its coming from a certain time in our life, wether its good or bad. Good or bad, as in the good times or bad times in our life. Its really is a tough question because art is life, I mean everything we do/don’t do becomes art in some type of way, but without time I feel like everything will be the same and nothing will grow, or advance.. things won’t pass to allow room for something new, its all a natural process of life. Good question though! » Terence

Pour cette aventure, je tiens à remercier Axel pour sa confiance, son accueil, pour nos discussions, et pour tout ce qu’il m’a permis d’apprendre.

© 2017 Journal d’Explor[he]artist, par Jessica Valoise – Les photos publiées ne sont pas libres de droit. Le téléchargement, la diffusion, reproduction, distribution, communication des images ne peut s’effectuer qu’avec mon accord.