« C’EST UNE DANSE »

17 octobre 2016

« – J’comprend pas, dès que j’le calcule plus, il fait son lover.
– Et dès que tu vas vers lui, il fait l’mec distant.
– Mais ouai!! J’comprend pas?! 0n a plus 15 ans pour jouer au chat et à la souris!
– Tu sais c’qu’on dit, fuis moi je te suis, suis moi je te fuis… »

Cette discussion n’est-elle pas une des discussions que vous ayez le plus souvent eu avec vos ami(e)s? Sérieusement, ça n’est pas énervant?

Moi, ça m’énerve. C’est un game que je ne comprend pas. Et qui dit game, dit gagnant et perdant, dit stratégies. Et je n’aime pas ça.

Pour moi, l’amour, ça n’est pas un jeu avec des règles préétablies, ça n’est pas une partie que l’on entame jusqu’au game-over.

Pour moi, l’amour, c’est faire ce que je veux, sans réfléchir à des stratégies de manipulation pour que l’autre réagisse de telle ou de telle façon. C’est pouvoir dire « je t’aime » sans me demander si c’est trop tôt ou si c’est bien que je sois la première à le dire. C’est pouvoir dire « tu me manques » sans me demander si je ne devrais pas plutôt lui faire croire le contraire, histoire de le mettre un peu en pression. C’est se voir quand on en a envie sans se dire « à ce stade de la relation nous devrions nous voir seulement tant de jours par semaine ».

Pourquoi ne pourrait-on pas simplement plonger ensemble, main dans la main, dans cet espèce de vide si effrayant mais si attirant qu’est l’amour? Si on s’y jette à deux, tout ira bien, non?

Je n’aime pas avoir à réfléchir et à calculer mes sentiments, et j’avais l’impression d’être dans une impasse quand, l’autre soir, une amie a répondu, sereinement, à mes tracas :

« C’est une danse. »

Une mini-phrase, quatre mots. Une mini-phrase d’une simplicité évidente. Quatre mots qui m’ont amené à changer ma vision de la chose. À changer la façon dont je l’interprétais, la façon dont je la ressentais.

« C’est une danse. »

C’est comme si finalement c’était quelque chose de normal, de logique, de naturel. Comme si finalement, il ne s’agissait que d’entraînements et de répétitions pour s’adapter à son nouveau partenaire, pour comprendre les pas de l’un et de l’autre, jusqu’à trouver le parfait accord. Apprendre à écouter la même musique, au même moment. Apprendre à accorder nos fréquences, et la façon dont nous ressentons ces fréquences. Comme si il fallait apprendre à ne pas marcher sur les pieds de l’autre, comme si il fallait apprendre à l’autre son propre sens du rythme, pour au final danser sur le même.

« C’est une danse. »

Si c’est une danse, alors… c’est beau, agréable, et peut-être même… amusant? Amusant comme un jeu? Un jeu où il n’y aurait ni perdant, ni gagnant, mais deux partenaires dont le but serait le même? Un jeu qu’on appellerait, « La Danse de l’Amour »?

Merci Daphnée ♥