« CHER CORPS »

21 septembre 2017

En début d’année, lorsque je suis rentrée du Pérou, j’ai participé au projet de Léa Bordier, « Cher Corps ».

« Cher Corps », c’est une série de vidéos de portraits de femmes qui parlent de leurs rapports au corps. Lorsque je suis tombée dessus, non seulement j’ai trouvé ça génial, tant dans la forme que dans le fond, mais surtout, j’ai trouvé ça d’une grande utilité.

Il y a quelques temps, j’avais écris le texte « Complexe ». Nous le sommes tellement toutes, que c’est considéré comme normal. Ça ne l’est pas. Et je pense qu’il est important qu’on commence à voir les choses différemment.

Je vous invite à visionner mon épisode, ainsi que tous les autres de la série. Regardez également cette interview de Léa, qui vous en dira plus que ce que je ne saurai dire.

Comme Léa me l’avait fait remarquer à la fin de l’interview, c’est après que je me suis dit : « J’ai oublié de dire ça, et ça, et puis ça j’aurai du le dire autrement. » Alors je vais ajouter ici quelques précisions.

– Le problème n’est évidemment pas d’être gros ou mince : le problème est à la fois le fait de ne pas se voir tel qu’on est, et d’avoir une mauvaise vision du fait d’être rond.

– Je me suis sentie bien, non pas au moment où j’ai réalisée que j’étais mince, mais au moment où j’ai réalisé que ça n’avait pas d’importance. Que l’on peut se sentir bien dans son corps, que l’on peut s’autoriser à porter tout type de vêtement, peu importe son gabarit.

– Et ça, je l’ai réalisé de plusieurs manières. La première a été en vivant à Montréal, où les femmes sont décomplexées, et portent des mini-shorts et des crop-top peu importe leur morphologie.

– Ensuite, progressivement, c’est la pratique de la photographie qui a changé mon regard : en trouvant toujours chez l’autre la beauté à travers mon appareil, j’ai pu, par effet miroir, la trouver chez moi.

Aussi anodin qu’une vidéo puisse paraître, ce passage devant la caméra, pour parler de quelque chose d’aussi intime et personnel que mon corps, a probablement marqué le début de nombreuses sorties de ma zone de confort de cette année.

Merci Léa.