LE GAB

19 janvier 2018

5:40am
« Rouge sur tes lèvres, la nuit sera blanche. »
Le réveil sonne.
Réveillée depuis une heure trente, ça ne m’empêche pas de snoozer.
« Rouge sur tes lèvres, la nuit sera blanche. »
Snooze.
« Rouge sur tes lèvres, la nuit sera blanche. »
Snooze.

6:00am
Vite à la salle de bain avant qu’elle ne soit prise d’assaut.
Depuis le début de la semaine, nous sommes trois à la maison au même horaire matinal.

6:30am
Casque sur les oreilles.
« Rappelle toi les premiers concerts quand tu rappais dans le tro-mé. Hum hum hum. »
Bonnet, capuche, gants, écharpes.
Parée pour protéger mon monde du monde extérieur.

7:10am
Arrivée au café.
Je range les outils de la veille. Les collègues ont peints tard dans la soirée.
Fatiguée mentalement, j’envoie la liste des tâches de la journée aux travailleurs à la maison.

8:10am
Livraison de lait.
Fuck, pas d’argent dans la caisse.

8:55am
Arrivée de Candice, notre nouvelle barista.
Direction Rachel Berry pour retirer de l’argent : pas possible.
Direction Desjardins : pas de petites coupures.
Retrait.
Arrêt à chaque commerçants pour faire de la monnaie.
Appel de Home Dépôt pendant ce temps, la livraison arrive à la maison.
Message à Martin.
Appel de Home Dépôt, personne pour ouvrir.
Message à Martin.
Appel de Home Dépôt x5, à chaque deux minutes.
Direction UPS pour envoyer des toiles au Texas.
Direction la buanderie laver les torchons.
Sacs beaucoup trop lourds.
Beaucoup trop de neige.
Beaucoup trop de froid.
Toujours appelée par Home Dépôt…
Toujours pas de Martin…
Je suis plus capable!

10:15
Appel de Home Dépôt.
Martin est là.
Retour au café.

Mieux qu’une barre de chocolat.
Mieux qu’un grand latté au lait amande-coco et érable.
Mieux que « Aussi Fort ».

Un apaisement instantané.

Puis là, j’écris.
En trente minutes, un texte qui m’aurait pris une journée ailleurs.

Parce qu’au GAB, on est bien.
Parce qu’au GAB, on est inspirés.
Parce qu’au GAB, on est focus.

Parce que GAB, c’est comme Montréal : il faut le vivre pour comprendre.

J’te raconte bientôt l’histoire du GAB / Gab, promis.