IL ÉTAIT UNE FOIS…
JAISON

03 février 2016

Aujourd’hui, j’aimerai vous raconter l’histoire de Jaison. Jaison, il travaille à la guesthouse où j’étais hébergée (via couchsurfing), à Alleppey, au Kerala, en Inde. Au premier abord, Jaison, il est pas trop mal. Il a de la gueule comme on dit. Mais surtout, Jaison il est d’une gentillesse et d’une simplicité rares. Mais ça n’est pas pour cette raison que je vous parle de lui. C’est parce que son histoire est belle. Touchante. Et bien sûr, inspirante.

« Je suis l’ainé de la famille, nous sommes trois garçons. Ma mère, elle préfère le deuxième, parce qu’il a bien travaillé à l’école, il a gradué, puis il a un bon travail. Le dernier aussi il étudie. Moi je n’aimais pas l’école, je n’ai pas de diplôme. Du coup je n’ai pas de job payant. On se dispute beaucoup avec ma mère. Elle me dit que je finirai à la rue et qu’une fois mon frère marié, qu’il aura beaucoup d’argent, et qu’il reviendra ici, je lui mendierai de l’argent… Je suis l’ainé, c’est moi qui suis censé aider la famille. Et puis quand il va se marier, c’est au grand frère de payer les vêtements et les bijoux de la mariée, la nourriture pour le mariage…

Ma mère me dit de me marier, mais moi je ne veux pas me marier. Comment je pourrai m’occuper de ma famille financièrement. Puis même, je ne veux pas me marier pour l’instant. Quand j’étais plus jeune, je l’ai beaucoup détesté ma mère, je l’ai insulté, je priais Dieu pour qu’elle meurt… Mais j’ai compris que c’était ma mère, que je n’en avais qu’une…

Je viens d’une famille très pauvre. Il y a une seule pièce dans la maison, et on dort au sol, alignés comme ça : moi – mon frère – ma mère – mon père – mon autre frère. On n’avait pas d’électricité avant, on s’éclairait juste à la bougie. On n’avait pas de ventilateur non plus, alors mon père nous faisait de l’air avec un journal avant de dormir. Une fois que nous étions endormi, il pouvait dormir. La première fois qu’on a eu le ventilateur, c’était dingue. Puis quand on a eu l’électricité, on était tout fous, on allumait la lumière et on s’écriait « viens voir, viens voir, il y a de la lumière ». On était heureux. Puis il y a eu le frigidaire, la gaziniere, etc.

Mon père est malade aujourd’hui, il a une insuffisance cardiaque, alors il faut lui payer ses soins. Ma mère me demande toujours de l’argent, parce que je suis l’ainé, mais je ne gagne que 5000rp (ndlr : environ 68€ – c’est le salaire moyen en Inde) par mois, quand mon boss veut bien me payer… C’est mon ami depuis longtemps, je ne suis pas à l’aise avec l’argent, je n’ose pas lui réclamer mon argent. Je sais que du coup, il pense que je n’ai pas besoin d’argent, mais il ne se rend pas compte… Mon frère pourrait aider, mais ça n’est pas à lui de le faire. Il m’a déjà dit plusieurs fois que si j’avais besoin de quoi que ce soit, je n’avais qu’à lui demander. Mais je ne veux pas lui demander. Je suis le grand frère, tu comprends…

Du coup, pour mon père, on a aménagé une chambre pour qu’il soit à l’aise, il a besoin d’un espace sain. Je n’invite personne chez moi, j’ai honte, tu sais pourquoi? Parce qu’il n’y a pas de place pour s’asseoir. Pour le moment, tout ce que je veux, c’est gagner assez d’argent pour me faire une chambre. Et après, je veux voyager.

Je voyage déjà ici, parce que je rencontre des personnes du monde entier. Je voyage aussi toutes les nuits. Chaque nuit, je rêve que je suis à un endroit différent. Allemagne, Russie… Cette nuit, j’ai rêvé que j’étais à Amsterdam! J’aimerai bien trouver un travail ailleurs, faire de l’argent, revenir, me marier, fonder une famille…

Je ne sais pas si j’y arriverai. Ni comment… Mais c’est ce que je veux… »

Cet article est dédicacé à tous les voyageurs dans l’âme.