LA VIE C’ÉTAIT MIEUX AVANT

30 novembre 2015

Je ne me souviens pas exactement du moment où j’ai demandé à mes parents « C’est quoi mort? ». Mais je me souviens parfaitement de ce que j’en avais compris.

Ou plutôt, ce que je n’en avais pas compris.

C’était abstrait.

On m’a parlé du ciel. Des gens qui s’en vont au ciel. Et moi, le ciel, j’ai toujours trouvé ça cool. Du coup, imaginer quelqu’un au ciel, au-dessus des nuages, ben c’était plutôt plaisant.

En même temps, je comprenais bien qu’il y avait quelque chose de triste. On en parlait avec gravité. Les gens ne redescendent jamais du ciel. Ça n’avait pas l’air si cool que ça.

Ça restait abstrait. Et j’imaginais plein de choses sur la mort.

Dans mon enfance, et en fait dans ma jeunesse, je n’ai pas été confrontée à la mort. Pas de manière proche quoi.

Puis à 20 ans, c’est comme si une alarme s’était déclenchée, et que chaque année, quelqu’un mourrait. Quelqu’un de proche quoi.

C’est ça vieillir?

Dans ma tête d’enfant, je ne comprenais pas vraiment c’était quoi mort.

Du coup, c’était comme si personne ne mourrait.

La vie, c’était mieux avant.

Parce qu’avant, personne ne mourrait.